Eric TIMMERMAN

Je vends mes pommes sur le marché allemand, ce qui me limite à 4/5 résidus maximum en dessous des LMR. Il y a maintenant plus de 10 ans que nous sommes dans les démarches Global gap et Carrefour.

Ces démarches nous ont permis de progresser. Nous sommes passés de 4/5 résidus il y a 7/8 ans à 1 ou résidus aujourd'hui sur toutes les variétés. A l'époque quand nous recevions l'analyse des résidus, nous avions toujours l'appréhension de dépasser le nombre de résidus autorisés ou les LMR, mais aujourd'hui nous sommes beaucoup plus sereins.

C'est la contrainte résidus et le fait que ce soit un produit sain qui m'a poussé à utiliser Vacciplant®. En 2012, j'avais traité 1 ha avec le produit pour essayer. J'étais un peu sceptique cette année-là, mais j'entendais à droite et à gauche des gens qui utilisaient Vacciplant®, donc je me suis dit : "C'est parti !". L'année 2013 a réellement été la première année à grande échelle, puisque j'ai traité mes 90 ha avec Vacciplant®. Cette année, nous avons bien maîtrisé la tavelure. J'ai traité mes pommes avec des fongicides jusqu'à mi-juillet et ensuite, j'alternais tous les 10/15 jours un fongicide et Vacciplant®. J'ai substitué des traitements fongicides que je faisais auparavant par Vacciplant®, donc en termes de nombre de passages, cela n'a rien changé et mes rendements ont été équivalents aux années précédentes. J'ai maîtrisé la contrainte résidus et j'ai utilisé un produit plus sain pour l'environnement, mais également pour mon personnel.

Cette première année d'utilisation m'a convaincu et j'en referai l'année prochaine. Si je dois le conseiller à d'autres, je leur dirai : "Osez l'innovation !"