M. et Mme GAUDIN

Pour nous, l'environnement et le choix des produits phytosanitaires sont primordiaux. Nous y sommes très sensibles, de même que nos consommateurs.

Sur les marchés, certaines questions reviennent souvent : "Est-ce que vous traitez beaucoup ?", "Est-ce que l'on peut manger la peau ?", "Est-ce que l'on peut le donner aux bébés ?" Avant, je passais toutes les 2 à 3 semaines un Delan®. Maintenant c'est terminé, je veux 0 résidu. Cette année est ma deuxième année d'utilisation de Vacciplant®. Je cherchais à utiliser des produits plus sains et c'est ma technicienne qui m'en a parlé.

A partir du 15 juin, lorsque la tavelure primaire a bien été gérée, je passe tous les 15 jours en alternance Vacciplant® et un fongicide jusqu'à la récolte. Mon rythme de travail n'a pas changé ayant substitué mes fongicides par du Vacciplant®. En termes de niveau de protection, je suis équivalent à ce que j'obtenais avant en tout chimique. Mes pommes sont des coteaux, donc la tavelure se gère mieux qu'en plaine humide. Par contre, avant récolte, pour ne pas prendre de risque résidu, je garde Vacciplant®. Pour moi, le bénéfice de ce produit est que mes clients peuvent manger la pomme avec la peau sans résidu. Cela me permet de valoriser la lutte raisonnée en vente directe. Je continuerai à faire du Vacciplant® et je le recommanderai volontiers à d'autres arboriculteurs. Après cela dépendra de leur situation géographique, le mieux est, bien sûr, d'être un peu en coteau.